Sortir de Montluçon, continuer sur la route de Villebret (D1089) 2.93 km, prendre la route deVillebret sur 420 m, continuer sur la D50 (11.72 km) via La Goutelle 15 km.

click_sur_les_liensSainte-Thérence est une petite commune du Canton deMarcillat en Combraille, dans l’arrondissement de Montluçon dans le département de l’Allier. Ses habitants sont les Saint-Thérençois,
ils sont au nombre de 198 en 2007.
 

Canton : Marcillat-en-Combraille Département : Allier
Arrondissement : Montluçon        Région : Auvergne 
Origine du nom  Norvavilla sur Neuville  Saint Julien de Neuville (1080) 
au XVIII ème siècle Sainte Thérence remplace Saint Julien et donne son nom au village.
Code INSEE /03261         Code postal /03420
Population  198 habitants en 2007
Densité  14 hab./ km2
Altitude  400m            Superficie  1313 Ha
A voir  : Le magnifique site des gorges du Cher

L'église romane inscrite, à l'entrée le tombeau classé de Sainte Thérence
Les vestiges du château féodal de l'Ours 12 et 13 ème siècle, site classé au dessus de la vallée du Cher.
Le barrage de Prat

Loisirs et manifestations : 
Club de football, pratique du Canoë Kayac au départ de Prat, pêche, VTT, randonnée ( circuit Chamina ) Chemins de randonnée... Une randonnée en nocturne est organisée par le comité des fêtes chaque année. Vous pourrez vous restaurer au café restaurant « Au Petit Bourbonnais » : pause gourmande après une randonnée sur les sentiers balisés de la Commune.

Sainte Thérence a récemment obtenu sa troisième fleur après avoir été plusieurs fois à l’honneur dans le cadre du concours des villages fleuris, plusieurs années d’efforts et d'imagination des particuliers bien sûr mais surtout de la Commune .

Depuis de nombreuses années, Sainte Thérence organise le troisième dimanche du mois de septembre une foire à la brocante qui connaît chaque année un vif succès avec des exposants de plus en plus nombreux.

Le blason de Sainte Thérence

 

Les deux tours symbolisent le château de l’Ours,
la rivière du Cher est représentée par une bande ondulante blanche sur un fond d’azur.
Le lion, c’est l’Ours, son nom est donné au château et à la rivière qui coule à ses pieds
.

La légende raconte... 

Qui était Sainte Thérence ?

Elle ne figure dans aucun texte chrétien, elle doit son existence à une divinité paienne des eaux.
Une jeune bergère  vivait entre 480 et 550 à Neuville Saint Julien. Placée très jeune chez un fermier de la vallée, elle garde les troupeaux, file la laine et passe de nombreuses heures en prière. Elle traverse souvent le Cher et voue un véritable culte à l’ermite païen Saint Marien dans la grotte d’Entraigues. Le Cher a des crues brutales, des eaux tumultueuses; elle faillit se noyer mais par miracle plusieurs fois, les  eaux s'ouvrent devant elle.Quiconque assiste à ce miracle est supposé attirer sur sa famille une terrible malédiction. Elle a térassé le dragon, symbole du mal et des eaux dangereuses, sous son pied gauche.Thérence veut vivre dans la solitude et édifier une chapelle : intrépide, elle se procure une charrette, attelle son âne et part chaque jour ramasser des pierres .Un soir, un ours féroce lui barre le passage et dévore son âne. Thérence ne se décourage pas et comprend que l’ours est le représentant de Satan, elle le bénit, l’animal résiste mais finit par se soumettre. Elle l’attelle à sa charrette. Les habitants du village sont frappés par ce miracle et aident alors la bergère devenue sainte à terminer la chapelle. Thérence vivra longtemps, elle accomplit des miracles et guérit les enfants.

Sa mort pose la question du lieu de sa sépulture car de nombreux villages alentour veulent son corps. On plaça donc sa dépouille sur une charrette tiré par deux bœufs, ceux -ci s’arrêteront à «Signat-Grobost»( le lieu dit tire son nom de cet évènement signature gros bœufs) sur le plateau dominant Saint Julien de Neuville où elle sera donc entérrée. En 1745, en conséquence du culte voué par la population à Thérence, la paroisse change de nom et est officiellement baptisée sous son vocable, unique en France Sainte Thérence.

DSC01234

L'Eglise 'est un monument de style roman du XI ème et XII ème siècle, classée monument historique : église à collatéraux voutés en demi-berceau, abside à contreforts plats, deux absidioles, un clocher carré en forme de donjon élevé sur la travée droite. L'église s'ouvre par un portail roman, à l'Ouest.

 

vieille pierre

Le tombeau de Sainte Thérence

Improprement appelé tombeau : ce monument est fait d'une grosse dalle de pierre,
parfois qualifiée de dolmen qui repose sur des pierres dressées et des colonnes.
La pierre porte des signes de grattage, le but était d'obtenir un peu de poussière
qu'on mélangeait à des breuvages sencés soigner maux de gorges et convulsions.

 

 

DSC01349

Le Château de l'Ours

s'élève sur une arrête rocheuse au confluent du Cher et du ruisseau de l'Ours dans des gorges profondes
et pittoresques. Dans la solitude et le silence, il garde jalousement son mystère. 
En 1993, sa sauvegarde a nécessité la mise en oeuvre de moyens exceptionnels: des alpinistes en bâtiment
et un hélicoptère. La voute supérieure a été restaurée, les pierres rejointoyées et l'étanchéité de la plate-forme
renforcée par une couche de béton hydrofuge, c'est cette dernière opération qui a nécessité les allers et retours
d'un hélicoptère entre la bétonnière et le château.
Le château est ainsi sauvé , le monument est classé depuis 1995
.

DSC01370

DSC01365

Le site, très isolé, fait l'objet de visites, bien qu'il ne s'inscrive
pas dans un itinéraire touristique.
Une signalétique suffisante fait que le promeneur a l'impression de le
découvrir lui même. L'accès au château se fait au travers d'un petit
sentier étroit, entre les chênes et les genêts.
Quelques marches aménagées facilitent le passage.
Le château ou la ruine se découvre au dernier moment, au milieu
des arbres.
L'éperon constitue un beau point de vue sur le paysage de la
vallée du Cher et la rivière :ce peu de repères "contemporains"
contribue à abstraire le visiteur de son époque présente

Orcus? Roi des enfers et dieu des morts ..., ours diabolique dompté par Sainte Thérence? ...

L'origine étymologique est la plus vraissemblable, l'Ours ou Lource dériverait de la racine préceltique OURS
qui désignait l'eau tumultueuse, le château a pris le nom du ruisseau de l'Ours qu'il surplombe.
Telle est la légende qui flotte autour de ces ruines :
Au temps des Croisades, Montluçon était gouvernée par Archambault, Comte de Montluçon.
 En partant pour la Terre Sainte, il laisse au Château de Montluçon, sous la garde de son écuyer Raimbaud,
sa femme Ermengarde et sa famille : Odile de Montluçon est l'aînée. Archambault  meurt en terre sainte,
Ermengarde ne lui survit pas longtemps.
L'écuyer Raimbaud  traître et félon satisfait alors, par la violence, la passion qu'il a pour la jeune Odile.
Afin de cacher son forfait, Raimbaud fait boire un narcotique à sa victime et l'enferme
dans un cercueil pour simuler
ses obsèques. Séquestrée ensuite dans le château de Lignerolles, Odile met au monde un fils
.
L'enfant, élevé au milieu des bois, grandit et erre alentour, vêtu d'une peau de fauve, effrayant les paysans et bergers
qui baptisèrent alors le manoir du nom de Château de l'Ours. 
Un jour, sur les bords du Cher, il fait la rencontre du vieil ermite de Sainte-Radegonde, il lui relate les souffrances
et la triste vie de sa mère.
L'ermite, ancien chevalier en informe les seigneurs voisins et les conduit au Château de l'Ours où tous ensemble
ils s'emparent de Raimbaud. On pendit l'écuyer aux créneaux du Château de Montluçon.
Odile, ramenée dans la demeure seigneuriale, se retirera ensuite dans un couvent  jusqu’à sa mort.
Quant à son fils, il s'illustra sous le nom de Chevalier Sarrazin en Palestine.

 
 

Quitter la D50 entre Sainte Thérence et Saint Genest,
rejoindre le village de La Terade puis le petit village de La Grave,
aire de stationnement puis promenade pédestre par un chemin
créé par la commune de Sainte Thérence et l'Association
"Combrailles environnement"